Les sites du patrimoine culturel chinois sous la protection de l'Etat, ont rapporté trois incendies en 2018, soit 50% de moins que l'année précédente, a annoncé l'Administration nationale du patrimoine culturel (ANPC).

Les incendies ont affecté une superficie de 60 mètres carrés au plus, et n'ont pas causé de dommages graves aux reliques culturelles, a fait savoir Chen Peijun, responsable de l'ANPC lors d'une conférence de presse début février.

Les trois sites touchés sont le temple Jokhang au Tibet, une structure auxiliaire au Palais d'Eté impérial à Beijing, et un monument historique au sein de l'Université Tsinghua à Beijing.

M. Chen a attribué cette réduction des incidents à un budget plus important du gouvernement et à l'amélioration technique des équipements de lutte contre l'incendie.

L'année dernière, l'administration a ainsi investi 700 millions de yuans (104,3 millions de dollars) dans 282 projets de contrôle incendie sur les sites du patrimoine, et a mis la priorité sur les technologies de surveillance.

En janvier, l'ANPC a dépêché des équipes d'inspection sur 30 sites et musées dans quatre provinces, et a détecté une centaine de failles de sécurité.