De nouvelles mesures facilitent l'accès au marché pour les entreprises étrangères et inspirent davantage de confiance aux investisseurs

Malgré le conflit commercial sino-américain, la Chine a attiré de nombreux investissements directs étrangers (IDE) de sources diverses au cours des sept premiers mois de 2019, posant ainsi une base solide pour le second semestre, ont indiqué mardi des experts et des chefs d'entreprise.

Ces propos interviennent après que le ministère chinois du Commerce a annoncé mardi que les IDE en Chine avaient augmenté de 7,3% en glissement annuel pour atteindre 533,14 milliards de yuans (75,5 milliards de dollars) entre janvier et juillet, représentant ainsi une réponse favorable aux mesures d'ouverture et de libéralisation mises en œuvre par le gouvernement.

Une nouvelle dynamique de croissance a été créée grâce aux projets d’établir six nouvelles zones pilotes de libre-échange et à la publication de deux listes négatives réduites pour les investissements étrangers, leur permettant d’avoir accès à davantage de secteurs industriels, a déclaré Lu Ming, vice-doyen du Conseil de l’Académie de Chine pour la promotion du commerce international.

Les listes négatives récemment révisées, qui sont entrées en vigueur le 30 juillet, facilitent l'accès des marchés étrangers dans les domaines de l'agriculture, de l’extraction minière et de la fabrication. Le secteur des services a également connu une ouverture importante dans les domaines des transports, des infrastructures, de la culture et des télécommunications à valeur ajoutée.

Xue Rongjiu, directeur adjoint de la Société chinoise des études sur l'OMC, a déclaré que les nouvelles mesures étaient essentielles pour stimuler la croissance des IDE.

Les investisseurs étrangers sont optimistes quant au développement à long terme de l’économie et de l’industrie, car le pays prône le multilatéralisme, approfondit les réformes et élargit son ouverture, en particulier pour les entreprises des économies associées à l’initiative de « La Ceinture et la Route », a-t-il affirmé.

Au cours des sept derniers mois, 24050 nouvelles entreprises à financement étranger ont été créées, a annoncé le ministère.

Avec les mises à niveau industrielles et de la consommation, les investissements dans les industries de haute technologie ont augmenté de 43,1% en un an, représentant 29,3% du total des IDE. Parmi ces investissements, le secteur des services de haute technologie a gagné 97,4 milliards de yuans en IDE, en hausse de 63,2%.

Zhang Xiaofan, partenaire du groupe de services Deloitte, a indiqué que les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis ne forceraient aucun pays ou région à remplacer la position de la Chine en tant qu'acteur clé dans la chaîne d'approvisionnement mondiale.

En raison de la diversité des cultures, des devises et des systèmes politiques de ses membres, l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) ne peut rivaliser avec la taille de la Chine en tant que vaste marché de consommation. Les membres de l'ASEAN ne peuvent pas non plus réunir autant d'avantages politiques et institutionnels que la Chine pour peaufiner leurs structures économiques et éviter les risques financiers potentiels, a affirmé M. Zhang.

La Chine dispose également d'une infrastructure bien développée pour soutenir l'économie réelle, a-t-il ajouté.

Le marché de la consommation chinois, stimulé par un groupe à revenus moyens en pleine expansion et par des technologies de l'information en plein essor, a notamment attiré des IDE en provenance d'Allemagne et de Corée du Sud, ces derniers ayant respectivement enregistré des taux de croissance de 72,4% et de 69,7% en glissement annuel au cours des sept premiers mois de l’année.

Les IDE en provenance de l’Union européenne (UE) ont augmenté de 18,3% en glissement annuel, tandis que ceux des pays participant à l’initiative de « La Ceinture et la Route » ont augmenté de 5%.

Joerg Wuttke, président de la Chambre de commerce de l'Union européenne en Chine, a déclaré que pour prévenir les risques liés à des actions unilatérales, la Chine et l'UE devaient poursuivre leurs efforts en vue de parvenir à un accord global Chine-UE sur les investissements d'ici 2020, envisageant peut-être un nouvel accord de libre-échange peu après.

Souhaitant se développer sur les marchés liés à « La Ceinture et la Route », l’entreprise Saudi Arabian Oil Co (ou Saudi Aramco), l'un des plus grands producteurs de pétrole au monde, a annoncé cette année son intention d'investir 10 milliards de dollars dans la construction d'un complexe de raffinage et de pétrochimie totalement intégré dans la ville de Panjin, située dans la province chinoise du Liaoning. Il comprendra une raffinerie ayant une capacité de 300000 barils par jour avec un craqueur d'éthylène d'une capacité annuelle de 1,5 million de tonnes métriques. Saudi Aramco fournira jusqu'à 70% du brut pour ce complexe qui devrait entrer en service en 2024.

La confiance a également été renforcée grâce à la mise en place cette année de tribunaux des droits de propriété intellectuelle aux niveaux central et provincial, a déclaré Li Yong, directeur adjoint du Comité d'experts de l'Association chinoise du commerce international.

Alors que la Chine a accéléré le développement de son économie axée sur l’innovation, elle souhaite également renforcer le régime juridique de la protection de la propriété intellectuelle, et de nouveaux mécanismes de protection ont déjà pris forme à travers le pays, a fait savoir Sang Baichuan, professeur d’économie à l’Université de commerce international et d'économie à Beijing.

La Chine soutient fermement les efforts des sociétés étrangères pour se développer sur son marché, a affirmé Rachel Duan, présidente et directrice générale de GE Global Growth Markets.

Selon le ministère du Commerce, les IDE ont atteint 54,82 milliards de yuans en juillet, en hausse de 8,7% par rapport à l’année dernière.