Les importations de porc et des produits à base de porc en Chine devraient dépasser les 3 millions de tonnes cette année et ce chiffre devrait continuer à augmenter en 2020, a indiqué jeudi un officiel du ministère du Commerce (MOFCOM), appelant les entreprises internationales commercialisant du porc à fixer des prix raisonnables.

Les importations nationales de substituts à la viande porcine − incluant le bœuf et la volaille − atteindront les 2,7 millions de tonnes cette année, a fait savoir Wang Bin, directeur adjoint des opérations du marché au sein du MOFCOM, au cours de la 10e Conférence internationale de Chine sur la viande qui s’est déroulée à Shanghai.

La Chine a récemment renforcé ses importations de porc, ayant dû lutter contre une épidémie de peste porcine africaine (PPA) depuis que ce virus a été détecté en août 2018.

Avec l’arrivée de la saison hivernale, la demande du marché en viande va progressivement augmenter, notamment au fur et à mesure que la fête du Printemps se rapproche, a expliqué Wang Bin. Celui-ci a encouragé les importateurs et les fournisseurs à coopérer avec les acheteurs chinois.

« Il s’agit du moment le plus propice pour signer de nouveaux accords sur le commerce de viande de porc. De cette façon, vous pouvez occuper le marché chinois au cours de la haute saison du nouvel an et de la fête du Printemps, mais aussi sur le premier trimestre de l’année prochaine », a-t-il souligné.

Wang Bin a déclaré que les négociants en viande devaient avoir une vision à long terme en fixant des prix à l’exportation raisonnables et en établissant des relations commerciales stables et durables avec les acheteurs chinois.

« Ne faites pas trop monter les prix du porc à l’exportation, car cela vous ferait perdre des opportunités de développement à long terme sur le marché chinois », a-t-il averti.

Sur les trois premiers trimestres de cette année, la production chinoise de porc a chuté de 17,2 % en glissement annuel pour atteindre les 31,81 millions de tonnes, a précisé Wang Bin, notant que la consommation intérieure de porc avait diminué de 20 à 30 % du fait de la hausse considérable des prix.

L’augmentation continue des prix est en partie due à la réticence de nombreuses entreprises agricoles à vendre du porc en ce moment, affirme Ma Wenfeng, un analyste senior pour la société Beijing Orient Agribusiness Consultancy. Cependant, l’approvisionnement en viande porcine en Chine devrait commencer à augmenter au deuxième semestre 2020.

Selon lui, « étant donné l’augmentation continue des prix de l’alimentation porcine au cours de ces derniers mois, la production des élevages porcins a dû se relever ».

Ma Wenfeng prédit que les prix du porc vont chuter de manière significative avant le deuxième semestre 2020, du fait d’une augmentation de l’approvisionnement en viande de porc en janvier et février.