La Chine a salué l'adoption d'une résolution par la 73e Assemblée mondiale de la santé (AMS) concernant le COVID-19, a déclaré mercredi Zhao Lijian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

M. Zhao a ainsi commenté, lors d'un point de presse, la résolution proposée par l'Union européenne et adoptée par consensus avant la clôture de la vidéoconférence de l'AMS mardi.

La résolution confirme et soutient sans équivoque le rôle dirigeant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et appelle les pays membres à prendre des mesures nécessaires pour prévenir la discrimination et la stigmatisation et combattre la désinformation. Elle appelle aussi à renforcer la coopération dans le développement d'outils diagnostics, de thérapies, de médicaments et de vaccins, à poursuivre les efforts pour identifier les sources animales du virus, ainsi qu'à évaluer la réponse de l'OMS à l'épidémie au moment approprié, selon le porte-parole.

"Tous ces appels sont conformes à la position chinoise et répondent à l'aspiration partagée de la majorité écrasante des pays de la communauté internationale", a-t-il expliqué, ajoutant que la Chine avait activement participé aux consultations et comptait parmi les plus de 140 coparrains du projet de résolution.

Quant aux questions du traçage de la source du virus, la résolution se réfère fondamentalement aux propos recommandés le 1er mai par la Commission de réponse d'urgence du Règlement sanitaire international et limite strictement le champ de la recherche aux sources animales, aux hôtes intermédiaires et aux passages de transmission. Ceci vise à permettre à la communauté internationale de mieux faire face à la pandémie dans l'avenir.

"En effet, certains pays ont réclamé que le traçage de la source du virus soit privilégié durant la consultation. Cependant, la vaste majorité des pays sont convaincus que la priorité actuelle doit être la prévention et le contrôle de la pandémie", a noté le porte-parole, soulignant que cela montrait qu'il n'y avait pas d'"espace" pour politiser la question du traçage.

Quant à l'évaluation de l'OMS, la résolution propose qu'elle soit menée à la suite de consultations entre le directeur général de l'OMS et les pays membres. L'évaluation vise à passer en revue l'expérience de l'OMS dans la réponse à la pandémie et à offrir des suggestions pour le travail futur, a déclaré M. Zhao.

L'OMS a évalué les réponses à la grippe H1N1 et à Ebola. L'évaluation est une pratique courante de l'OMS après une pandémie majeure, et le processus doit être progressif, impartial, indépendant et complet, et non monopolisé par quelques pays, a-t-il souligné.

"La Chine espère que la résolution adoptée par l'AMS sera mise en oeuvre de manière globale et précise", a-t-il indiqué.

En ce qui concerne la rumeur répandue par certains médias déclarant que la Chine avait été "contrainte" d'être coparrain de la résolution, M. Zhao a déclaré qu'il s'agissait d'un "non-sens" total.

Le fait est que la Chine, avec la plupart des pays, a résolument détruit les efforts de certains pays de politiser les questions de recherche et d'évaluation des sources, tout en assurant l'objectivité et l'équité de la résolution, a souligné M. Zhao.

"Nous conseillons à certains pays de ne pas fabriquer de mensonges ni tenter de trouver des excuses pour leurs échecs", a-t-il ajouté.