La récente réémergence du nouveau coronavirus dans la ville de Qingdao, dans l'est de la Chine, a une ampleur limitée et n'est pas une épidémie d'automne et d'hiver, selon un épidémiologiste.

Qingdao s'est engagée à effectuer des tests d'acide nucléique à l'échelle municipale sur l'ensemble de ses 11 millions d'habitants en cinq jours à partir de lundi, à la suite de l'émergence de nouveaux cas dans la ville.

Jeudi à 8h00, plus de 9,94 millions d'habitants avaient déjà fait l'objet d'un prélèvement d'échantillons tandis que plus de 7,64 millions des échantillons prélevés avaient été testés. Hormis les cas déjà signalés, aucun nouvel échantillon positif n'a été découvert.

Le virus est réapparu à Qingdao, avec treize nouveaux cas confirmés de COVID-19 signalés, selon un bilan établi mercredi. La plupart des nouveaux cas sont liés à l'Hôpital thoracique de Qingdao, qui avait été utilisé pour traiter des cas importés de COVID-19.

Selon l'enquête épidémiologique en cours et les résultats des tests d'acide nucléique, la réémergence récente n'est pas une épidémie d'automne et d'hiver et n'a pas de lien évident avec les congés de la Fête nationale, a indiqué Wu Zunyou, épidémiologiste en chef du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies.

Les tests d'acide nucléique à grande échelle sont un moyen technique très important pour comprendre l'ampleur d'une épidémie, a ajouté M. Wu.

Selon l'analyse des résultats actuels des tests d'acide nucléique et d'autres informations connexes, l'ampleur des nouveaux cas signalés à Qingdao est principalement limitée à l'Hôpital thoracique de Qingdao.