L'accusation de "génocide" portée par le gouvernement américain contre la Chine repose sur la manipulation de données et les fausses déclarations d'un extrémiste religieux de droite, selon des informations publiées cette semaine.

Une enquête publiée jeudi sur le site d'information indépendant Grayzone indique que l'accusation de "génocide" du Département d'Etat américain provient d'une seule source : un article de l'idéologue d'extrême-droite allemand Adrian Zenz datant de juin 2020.

"Un examen attentif des recherches de Zenz montre que son affirmation de génocide est contredite par une manipulation flagrante de données, des affirmations frauduleuses, un tri sélectif des sources et de fausses déclarations propagandistes", selon l'article.

Adrian Zenz a également diffamé l'expansion des services de santé publique dans le Xinjiang comme preuve d'un génocide, a déclaré l'article.

Par exemple, il a montré une photo d'habitants ouïgours des régions rurales du Xinjiang recevant une consultation médicale dans une clinique gratuite comme s'inscrivant dans le cadre d'un "effort pour faire respecter la mise en œuvre complète d'efforts de contrôle des naissances de plus en plus intrusifs".

Il a également inventé des statistiques et des histoires pour justifier sa fausse conclusion, selon l'article, qui a également critiqué "les principaux médias occidentaux comme AP, BBC et CNN" pour avoir "accepté les recherches douteuses d'Adrian Zenz comme un fait absolu", avec "leur zèle apparent pour l'escalade des tensions avec la Chine".

Présenté comme un "spécialiste de la Chine" par les médias occidentaux, Adrian Zenz est en fait un fondamentaliste chrétien d'extrême-droite qui travaille comme analyste à la Jamestown Foundation, un groupe de réflexion néoconservateur à Washington.