À l'approche de l'hiver et de la tenue des Jeux olympiques d'hiver de Beijing 2022, la Chine est en train d’accélérer l'inoculation des vaccins de rappel pour les groupes clés, avec au moins neuf provinces et régions ayant lancé une campagne pour consolider davantage les réalisations du pays en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie, ainsi que pour améliorer en temps opportun l'efficacité de la protection pour les personnes à haut risque d'infection.

Rien que ce weekend, des villes de quatre provinces, dont l'Anhui (est), le Fujian (sud-est), le Heilongjiang (nord-est) et le Hubei (centre), ainsi que de la région autonome Zhuang du Guangxi (sud) ont lancé une campagne de vaccination de rappel.

Le comté de Nanling à Wuhu, dans l'Anhui, a lancé vendredi des injections de rappel pour les personnes qui ont terminé leur vaccination il y a six mois ou plus. Avant cela, plusieurs quartiers de la ville avaient déjà commencé des injections de rappel.

Toujours à Wuhu, une communauté résidentielle du district de Jiujiang a publié jeudi un avis conseillant aux personnes âgées de 18 à 59 ans qui ont reçu leurs deux doses de vaccins inactivés il y a six mois ou plus de recevoir une nouvelle dose du même vaccin.

D'autres villes de l'Anhui, dont le chef-lieu provincial Hefei et la ville de Fuyang, ont également commencé des injections de rappel samedi.

Dans la province du Fujian, deux villes – Jinjiang et Xiamen – ont commencé des injections de rappel samedi et dimanche successivement. Toute la province est revenue jeudi à un statut à faible risque après une flambée épidémique qui avait débuté le 10 septembre. L'épidémie s’était propagée à Putian, Quanzhou, Xiamen et Zhangzhou, où de nombreuses personnes infectées avaient déjà reçu leurs deux doses de vaccin lorsqu'elles ont contracté le variant Delta.

À Jinjiang, une injection de rappel pour les personnes à haut risque devrait être effectuée d'ici le 20 octobre. À Xiamen, une injection de rappel ciblera les personnes âgées de 12 ans et plus qui ont reçu leurs deux doses de vaccins inactivés ou le vaccin à adénovirus recombinant à une seule dose il y a six mois ou plus. Ils recevront une dose de rappel avec le même vaccin qu'ils ont déjà reçu.

Le Global Times a appris que jusqu'à présent, des dizaines de villes dans au moins neuf provinces et régions chinoises avaient commencé ou commenceront bientôt des injections de rappel pour les groupes clés.

La Chine avait administré samedi 2,22 milliards de doses de vaccins contre le COVID-19, selon la Commission nationale de la santé.

Un immunologiste basé à Beijing a déclaré dimanche au Global Times sous couvert d'anonymat que les politiques intensives mises en place récemment par ces villes à travers le pays pourraient être liées aux prochains Jeux olympiques d'hiver de Beijing 2022.

Bien que les Jeux auront quoi qu’il arrive des mesures de prévention et de contrôle très strictes, un rappel pour les groupes clés peut être un complément très utile, a souligné l'expert.

Tao Lina, un initié de l'industrie des vaccins basé à Shanghai, a indiqué dimanche au Global Times que la recherche scientifique avait montré que les anticorps chez les receveurs du vaccin étaient devenus négatifs après six mois et que les injections de rappel pouvaient mieux protéger les groupes clés.

L'efficacité de la protection a été augmentée à 80% ou plus après une inoculation d’une troisième dose de vaccin SinoVac comme rappel, avec une efficacité de protection contre les infections présentant des symptômes passant de 56% à 80,2%, et passant de 84% à 88% pour les personnes ayant eu besoin d'être hospitalisées, a annoncé samedi la société Sinopharm, citant ses derniers résultats de recherche au Chili.

Zheng Zhongwei, directeur du Centre de développement des sciences et technologies médicales de la Commission nationale de la santé ainsi que chef du groupe de travail national pour le développement d'un vaccin, a déclaré lors d'une conférence de presse le 27 août que trois groupes de personnes pouvaient recevoir des injections de rappel six mois ou plus après avoir reçu leurs deux doses. Ces groupes à haut risque d'infection comprennent ceux qui travaillent dans les bureaux des douanes et d'inspection aux frontières, ceux de l'industrie aéronautique, les employés des centres de quarantaine, ainsi que le personnel des établissements médicaux désignés.