Les essais sur l'homme de deux médicaments antiviraux chinois contre la COVID-19 développés principalement par l'Institut de Shanghai de Materia Medica relevant de l'Académie des sciences de Chine (ASC) ont été lancés à l'étranger.

L'un des deux candidats, portant le nom de code VV116, est un médicament oral à base de nucléoside anti-COVID-19 qui a obtenu des résultats prometteurs sur des modèles animaux. Il a montré une activité inhibitrice importante contre la souche originale de la COVID-19 ainsi que sur ses souches variantes, comme le variant Delta, dans les essais in vitro, a indiqué mercredi l'institut.

"Le VV116 a d'abord été approuvé pour des essais cliniques en Ouzbékistan", a indiqué Shen Jingshan, chercheur à l'institut, ajoutant que les essais sur des êtres humains étaient également en cours en Chine.

L'autre candidat s'appelle FB2001. Il s'agit d'un nouveau composé conçu et synthétisé sur la base de la principale protéase du coronavirus, un enzyme clé jouant un rôle central dans la réplication virale.

Une étude préclinique montre également que le composé manifeste une forte activité inhibitrice contre le virus dans la culture cellulaire, selon la chercheuse principale, Liu Hong.

Les chercheurs ont mené des essais de phase I aux Etats-Unis en mars après que les résultats de l'étude préclinique ont été publiés dans la revue Science en juin 2020.

Le médicament a été conjointement développé par l'institut de Shanghai, l'Université ShanghaiTech et l'Institut de virologie de Wuhan relevant de l'ASC.