Le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de Chine Wang Yi a eu samedi une conversation téléphonique sur les relations bilatérales et la coopération avec Ignazio Cassis, vice-président et ministre des Affaires étrangères de la Confédération suisse.

M. Wang a affirmé que la Suisse est l'un des premiers pays occidentaux à avoir reconnu la République populaire de Chine et à avoir établi des relations diplomatiques avec elle. Depuis plus de 70 ans, les relations sino-suisses ont favorisé un solide développement et ont permis d'acquérir une expérience enrichissante.

Premièrement, les deux pays se respectent mutuellement, se traitent d'égal à égal, respectent leurs différences et apprennent l'un de l'autre pour une amélioration commune, a dit M. Wang.

Deuxièmement, grâce à leur esprit de pionniers et d'innovation, les deux pays ont créé de nombreuses "premières", notamment l'établissement d'un "partenariat stratégique innovant", qui constitue un moteur puissant pour le développement des relations bilatérales.

Troisièmement, les deux parties ont mis en commun leurs forces respectives pour approfondir la coopération pragmatique sur la base de l'avantage mutuel et de la coopération gagnant-gagnant, afin d'apporter des avantages tangibles aux deux peuples, a-t-il ajouté.

De janvier à septembre, a poursuivi M. Wang, les deux parties ayant réussi à surmonter l'impact de la pandémie de COVID-19, leur commerce bilatéral a augmenté de plus de 70 % en glissement annuel, ce qui montre la résilience et la vitalité des relations Chine-Suisse et le rôle important de l'accord de libre-échange Chine-Suisse.

La Chine et la Suisse se sont soutenues mutuellement dans la lutte contre la pandémie et les drapeaux nationaux des deux pays sur le mont Cervin, en Suisse, et le mont enneigé Yulong (dragon de jade), en Chine, ont envoyé un signal d'unité, a rappelé M. Wang.

La Suisse abrite le siège de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Chine est prête à travailler avec la Suisse pour aider l'OMS à jouer le rôle qui lui revient et contribuer à la distribution équitable des vaccins dans le monde, a affirmé le chef de la diplomatie chinoise.

Notant que la Suisse est un pays qui excelle dans le domaine des sports d'hiver, M. Wang a déclaré que la Chine est disposée à renforcer davantage les échanges et la coopération dans la construction de sites et la formation de personnels, de manière à enrichir les relations entre la Chine et la Suisse et à promouvoir conjointement le développement des sports d'hiver.

M. Cassis a approuvé les propos de M. Wang. Il a souligné que la Suisse et la Chine entretiennent des relations solides et étroites, grâce à leur respect mutuel, leur confiance mutuelle et leur appréciation mutuelle.

Le partenariat stratégique innovant entre les deux pays, a dit M. Cassis, a mis en évidence l'esprit d'innovation des deux parties.

La Suisse s'oppose à la politisation du sport, a-t-il dit, en adressant ses félicitations pour le bon déroulement des préparatifs des Jeux Olympiques d'hiver de Beijing et en exprimant sa conviction que les Jeux Olympiques seront couronnés de succès.

Les deux parties sont convenues d'entamer dès que possible des négociations sur la mise à niveau de l'accord de libre-échange Chine-Suisse. Elles ont également échangé leurs points de vue sur le multilatéralisme.

La Chine apprécie le rôle constructif de la Suisse dans la promotion du règlement politique des différends internationaux, a dit M. Wang, ajoutant que la Chine et la Suisse devraient travailler ensemble en faveur d'un véritable multilatéralisme.

Les deux parties devraient sauvegarder conjointement le système international dont les Nations Unies sont le noyau, l'ordre international fondé sur le droit international, les normes fondamentales des relations internationales fondées sur les buts et principes de la Charte des Nations Unies, et le régime commercial multilatéral dont l'Organisation mondiale du commerce est le noyau, a poursuivi M. Wang.

M. Cassis a approuvé les remarques de M. Wang, affirmant que, dans le contexte de tensions géopolitiques croissantes, la Suisse estime que le monde devrait soutenir et promouvoir fermement le multilatéralisme, et aider l'OMS et d'autres organisations internationales à jouer le rôle qui leur revient.

La Chine espère que la Suisse pourra servir de pont entre les civilisations orientale et occidentale, entre les pays développés et les pays en développement, et surtout entre l'Europe et la Chine, a fait remarquer le chef de la diplomatie suisse.

Ce pont, a souligné M. Wang, devrait reposer sur le multilatéralisme, avec les lois et réglementations internationales comme pilier ainsi que l'équité et la justice comme passeport, afin qu'il puisse rester solide pendant longtemps, obtenir davantage de soutien de la communauté internationale et devenir plus populaire.