La Chine a réfuté mardi les soi-disant "préoccupations" des Etats-Unis et du Royaume-Uni concernant la visite en Chine de Michelle Bachelet, la haute-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme.

Ce qui inquiète vraiment ces pays est que leurs tentatives d'utiliser la soi-disant "question du Xinjiang" pour contenir la Chine échoueront lamentablement après que la communauté internationale aura vu la véritable situation au Xinjiang, a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, lors d'un point de presse quotidien.

En réponse à une question sur les "préoccupations" du porte-parole du département d'Etat américain Ned Price concernant la visite de Mme Bachelet, M. Wang a déclaré que depuis un certain temps, les pays occidentaux tels que les Etats-Unis et le Royaume-Uni avaient monté des farces politiques successives autour de la visite de la haute-commissaire en Chine.

Premièrement, ils ont fait publiquement pression sur la haute-commissaire pour qu'elle se rende en Chine afin de mener une soi-disant "enquête" fondée sur la présomption de culpabilité, a indiqué M. Wang.

Puis, après que la Chine et le Haut-Commissariat aux droits de l'homme ont décidé de la visite par le biais de consultations sur un pied d'égalité, ces pays ont surgi à nouveau et n'ont pas ménagé leurs efforts pour perturber la visite, en mettant en place diverses conditions et obstacles et en essayant de manipuler la visite.

"Se préoccupent-ils vraiment des droits de l'homme, ou veulent-ils simplement politiser la question des droits de l'homme et l'utiliser comme arme contre la Chine ?" a demandé M. Wang.

Le porte-parole a noté que ces pays ne se souciaient pas du tout de la vérité, mais tentaient d'utiliser la visite de Mme Bachelet pour faire du battage autour de la soi-disant "question du Xinjiang" et salir la Chine.

"Ce dont ils s'inquiètent vraiment est que lorsque les personnes de la communauté internationale, y compris la haute-commissaire, verront la situation réelle au Xinjiang, leurs mensonges et rumeurs fabriqués seront démentis, et leur tentative de contenir la Chine en utilisant la soi-disant 'question du Xinjiang' fera faillite", a déclaré M. Wang.