Le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a rencontré mardi à New York le ministre britannique des Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement, James Cleverly, en marge de la 77e session en cours de l'Assemblée générale des Nations unies (AGNU).

M. Wang a rappelé que cette année marquait le 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques au niveau des ambassadeurs entre la Chine et le Royaume-Uni et que face aux défis complexes et graves du monde actuel, les deux pays, en tant que membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, devaient se concentrer sur la coopération mutuellement bénéfique et éviter tout conflit ou confrontation.

Des relations sino-britanniques saines sont basées sur le respect mutuel, à la condition préalable d'une compréhension objective et avec la gestion adéquate des divergences comme élément clé, a-t-il expliqué.

Le chef de la diplomatie chinoise a déclaré espérer que le nouveau gouvernement britannique considérera la Chine et les relations sino-britanniques avec une perspective stratégique à long terme et travaillera avec la Chine pour se rencontrer à mi-chemin. Il a également formulé l'espoir que les deux parties pourront se traiter d'égal à égal, se tenir à l'écart des ingérences et mener une coopération gagnant-gagnant, avec l'objectif de faire progresser les relations bilatérales sur la bonne voie.

Pour sa part, M. Cleverly a noté que la Chine, un grand pays à l'influence mondiale, assumait de lourdes responsabilités et jouait un rôle majeur au sein des Nations unies.

Le Royaume-Uni est déterminé à établir des relations mutuellement bénéfiques et efficaces avec la Chine, à aider les deux parties à réaliser leur croissance et à promouvoir la paix et la sécurité, dans le but d'en faire profiter les peuples des deux pays, a-t-il affirmé.

M. Cleverly a souligné que le Royaume-Uni saluait les grandes réussites de la Chine en matière de réduction de la pauvreté et qu'en cette période pleine de défis, les deux pays devaient se tourner vers l'avenir de l'humanité, se focaliser sur la réponse à donner aux défis communs et renforcer leur coopération dans des domaines tels que la lutte contre le changement climatique et la réduction de la pauvreté.

Le Royaume-Uni se tient prêt à maintenir un dialogue ouvert et des échanges avec la Chine pour créer les conditions propices à la poursuite de la coopération entre les deux parties, a-t-il ajouté.

M. Wang a rappelé que le Royaume-Uni avait développé ses relations avec la Chine avant d'autres pays occidentaux. A ce titre, les deux pays doivent saisir l'opportunité du 50e anniversaire de l'établissement de leurs relations pour passer en revue et analyser les expériences et les leçons des 50 dernières années, et pour encourager le développement sain et stable des relations bilatérales.

La Chine poursuit sans faillir une politique étrangère indépendante de paix et elle est déterminée à établir et développer des relations saines avec tous les pays, a-t-il assuré.

M. Wang a indiqué que la Chine défendait la pratique d'un véritable multilatéralisme et une stratégie ouverte de bénéfices mutuels et de résultats gagnant-gagnant, et qu'elle était disposée à partager les opportunités de marché avec les autres pays en vue d'une prospérité commune.

La Chine est disposée à pratiquer le respect mutuel, entretenir un dialogue franc et faire progresser la compréhension mutuelle avec le Royaume-Uni, a-t-il poursuivi, ajoutant que les deux pays devaient défendre le fondement politique des relations bilatérales et encourager le développement de ces relations.

Le Royaume-Uni doit honorer sa promesse sur le fait que Taiwan fait partie de la République populaire de Chine et s'opposer sans équivoque à l'"indépendance de Taiwan", a-t-il insisté.

M. Cleverly a fait savoir que la position du Royaume-Uni sur la question de Taiwan demeurait inchangée.

Le chef de la diplomatie britannique a également expliqué à M. Wang la position du Royaume-Uni sur la crise ukrainienne.

M. Wang a déclaré que la position chinoise sur cette crise avait toujours été la même depuis le début et que le pays s'était engagé à promouvoir des pourparlers de paix et avait soutenu tous les efforts favorables au retour de la paix.

Il est impératif de conclure un cessez-le-feu et de mettre un terme au conflit, d'empêcher de nouvelles phases d'escalade de la situation et de gérer conjointement les retombées négatives de la crise, a-t-il ajouté.