La Chine a développé un composant central du plus grand projet de réacteur à fusion nucléaire au monde, connu également sous le nom de plus grand "soleil artificiel" sur Terre, a annoncé mardi son concepteur.

La production du premier panneau mural à flux thermique accru du réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER) a été achevée. Ses performances étant nettement supérieures aux exigences de conception, il est donc adapté à une production de masse, a indiqué son développeur, l'Institut de physique du sud-ouest de la China National Nuclear Corporation.

Le premier panneau mural de l'ITER, conçu pour avoir un contact immédiat avec un plasma atteignant 100 millions de degrés Celsius, est considéré comme l'un des composants les plus essentiels du cœur du réacteur, a rapporté mardi le quotidien chinois Science Daily.

L'ITER, l'un des plus grands et importants projets de recherche scientifique internationaux au monde, est connu comme un "soleil artificiel", car il génère de l'énergie propre et sans carbone d'une manière similaire au Soleil, en émettant de la lumière et de la chaleur par des réactions de fusion.

Le projet est conjointement financé par l'Union européenne, la Chine, les Etats-Unis, le Japon, la République de Corée, l'Inde et la Russie.