Les autorités chinoises d'Internet ont ouvert des dossiers d'enquête concernant trois plates-formes de réseaux sociaux : WeChat (du groupe Tencent), Sina Weibo et Baidu Tieba, car elles n'avaient pas stoppé la diffusion en ligne de contenus illégaux, a indiqué vendredi l'Administration du cyberespace de Chine (ACC).

L'administration a reçu des plaintes d'utilisateurs révélant que des contenus illégaux, dont des informations à caractère pornographique, des contenus violents ou lié au terrorisme ainsi que de fausses informations avaient été diffusés sur ces trois plates-formes, selon un communiqué publié sur le site de l'ACC.

Les contenus illégaux sont nuisibles à la sécurité nationale, à la sécurité publique et à l'ordre social, a déclaré l'ACC.

Ces sociétés sont soupçonnées d'avoir enfreint la loi sur la cybersécurité en ne stoppant pas la publication et la diffusion de ces informations sur leurs plates-formes, a indiqué un responsable de l'ACC.

Sina Weibo, équivalent chinois de Twitter, WeChat, application de messagerie instantanée et Baidu Tieba, site de forums constitué de 19 millions de sous-forums, sont considérés comme les trois plus grandes plates-formes de communication en Chine.

L'ACC continuera de réprimer les comportements illégaux en ligne et à recueillir les signalements du public.

Ces signalements peuvent être faits par téléphone (12377) ou email (jubao@12377.cn).