C'est une immense fierté pour la France de pouvoir à nouveau organiser les Jeux Olympiques (JO) et Paralympiques, 100 ans après les JO de 1924, les derniers à avoir eu lieu à Paris, a déclaré en substance Jean-Maurice Ripert, ambassadeur de France en Chine, lors d'une interview accordée récemment à l'agence de presse Xinhua (Chine nouvelle).

Le Comité international olympique (CIO) a désigné, le 13 septembre, Paris comme ville hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Deux ans plus tôt, en 2022, Beijing accueillera les Jeux Olympiques d'hiver. Une proximité que l'ambassadeur de France en Chine ne pouvait manquer de souligner. "Avec Beijing 2022 et Paris 2024, nos pays ont un défi et une ambition commune : être prêt à accueillir plusieurs milliers d'athlètes et plusieurs millions de visiteurs dans les meilleures conditions", estime M.Ripert, qui était d'ailleurs présent aux JO de 2008 à Beijing. "Les JO de 2008 à Beijing ont été une grande réussite et la Chine y a également prouvé sa capacité à organiser de grands événements sportifs", ajoute-t-il.

"La France et la Chine sont deux grandes nations olympiques, deux terres de grands événements sportifs. Avec l'attribution des Jeux à Paris, les échanges initiés dans le cadre de l'accord de coopération pour les Jeux olympiques d'hiver de 2022 à Beijing vont se renforcer", ajoute M. Ripert. "Les échanges se poursuivront dans le cadre du dialogue haut niveau sur les échanges humains mis en place par les deux chefs d'Etat, lors de la visite d'Etat en France du président chinois Xi Jinping en mars 2014 et dont le sport est une thématique importante."

ECHANGES SPORTIFS ET ECONOMIQUES

Cette coopération, à tous les niveaux, a déjà débuté. "En matière de football par exemple, a rappelé l'ambassadeur français, 240 entraîneurs scolaires et universitaires de football venus de toute la Chine sont partis en France en septembre pour trois mois de formation dans six universités françaises (Aix-Marseille, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Rouen et Lyon)."

Le football n'est qu'un exemple parmi d'autres. En ce qui concerne l'équitation, un accord de coopération a été signé en début d'année entre la filière hippique française et l'Université du Commerce de Wuhan.

Les sports de montagne font également partie des échanges entre les deux pays. Signé en février 2017 entre l'Université des sports de Beijing et l'Ecole Nationale des Sports de Montagne, un accord "prévoit la mise en place d'un diplôme d'État de moniteur de ski et la formation de moniteurs d'État de ski chinois", ajoute M. Ripert.

La collaboration ne se joue pas uniquement sur le terrain. Le milieu économique est déjà très impliqué, la France s'appuyant sur une expérience ancienne dans ce domaine, et une expertise certaine. "De nombreuses entreprises françaises ont participé aux salons ISPO (équipements de la personne, de la mode et des services, toujours lié au sport) et ALPITEC (infrastructures et équipements pour les stations de sport d'hiver) organisés à Beijing au mois de février 2017, à l'instar du Club Med, de la Compagnie des Alpes (CDA), Montagne & Neige et Développement (MND), Poma (transport par câble) ou encore Rossignol (matériels de sport d'hiver)", selon l'ambassadeur.

DES JEUX VERTS ET RESPONSABLES

"La France a un lien particulier avec les Jeux Olympiques modernes depuis leur rétablissement en 1894 et la création du Comité international olympique la même année sous l'impulsion du Français Pierre de Coubertin", indique M.Ripert.

Paris a accueilli les JO modernes en 1900 et en 1924. La France a également accueilli les JO d'hiver à trois reprises : en 1924 à Chamonix, en 1968 à Grenoble et en 1992 à Albertville.

Les JO sont à chaque fois pour le pays organisateur l'occasion de remettre le sport au cœur de la société. Ces jeux sont aussi l'occasion pour tous les amateurs de sports de découvrir sous un angle original le patrimoine extraordinaire de la France. "Les sites les plus visités au monde serviront de décor aux Jeux de Paris", ajoute-t-il.

Quant aux atouts de Paris pour remporter la course aux JO de 2024, l'ambassadeur de France en Chine explique la solidité de la candidature. "Grâce à l'expérience accumulée lors de ses précédentes candidatures, Paris a construit un projet à la fois compact et spectaculaire".

Et ce seront des jeux responsables d'un point de vue social, économique et environnemental. "95% des équipements sont déjà existants ou temporaires, et seules deux installations sportives seront construites pour l'occasion...55% d'émissions carbone en moins par rapport aux Jeux de Londres 2012, 100% d'alimentation durable et 100% d'électricité renouvelable dans les installations olympiques", précise l'ambassadeur.

Le dernier atout est, d'après lui, le soutien au projet de l'ensemble de la société française. Tous les sondages ont montré depuis le départ que la grande majorité des Français soutient l'accueil des Jeux, confirme M.Ripert.