Le groupe Alibaba a annoncé mercredi le lancement d’une académie mondiale de la recherche, dont elle espère qu’elle rejoindra les rangs - voire surpassera - Bell Labs et Microsoft Research.

Selon son PDG Jack Ma, l’investissement de 100 milliards de yuans (12,8 millions d’euros) sur trois ans dans l’Académie Alibaba DAMO rapproche encore le géant de l’Internet de son ambition de servir 2 milliards de personnes d’ici deux décennies.

Au cours de la Conférence annuelle de l’entreprise sur l’informatique, qui s’est déroulée à Hangzhou dans la province du Zhejiang, Jack Ma a indiqué que l’investissement permettra de prendre un bon départ dans des domaines comme l’Internet des objets, l’informatique quantique, la fintech et les interactions homme-machine.

Le PDG d’Alibaba a précisé qu’à ce niveau du développement dans le groupe, il était impératif d’avoir un corps de recherche pour résoudre les problèmes, auxquels sont confrontées la population, les économies et la société dans son ensemble.

« Soutenue par les vastes ressources d’Alibaba, cette académie doit subsister au-delà de l’entreprise [et] prendre la responsabilité de servir l’ensemble de la société », a-t-il ajouté, soulignant que l’académie devrait s’autofinancer sur le long terme.

Le nom DAMO est l’acronyme de « discovery, adventure, momentum and outlook » (« découverte, aventure, dynamique et perspective »). Dans les fictions d’arts martiaux chinois, ce terme est souvent représenté comme un lieu situé dans le monastère de Shaolin, où de puissants moines exercent leurs dextérité et font l’expérience de l’illumination.

Ce projet inclut d’ouvrir sept nouveaux laboratoires de recherche en Chine, aux Etats-Unis, en Russie, en Israël et à Singapour, recrutant des talents en plus de ses 25 000 ingénieurs et chercheurs scientifiques.

Le directeur de la Technologie Zhang Jianfeng dirigera cette académie, assisté par un comité consultatif mondial incluant certaines des sommités mondiales de la technologie - comme George Church, figure de proue du Projet génome humain, ou encore le professeur Michael I. Jordan, personnage incontournable dans le domaine de l’intelligence artificielle.

L’entreprise regroupera également plus de 200 universités et instituts de recherche à travers le monde pour co-développer des technologies, qui visent à améliorer la vie des utilisateurs finaux ou à stimuler la sécurité et l’efficacité des entreprises.

Alibaba ne s’est épargnée aucun effort pour stimuler son arsenal technologique. En mars, elle a établi des équipes indépendantes de recherche et développement dans un plan surnommé « NASA », afin de se concentrer sur la recherche fondamentale et les technologies de rupture.

L’entreprise approfondit particulièrement les solutions pouvant être apportées aux problèmes des consommateurs. Ant Financial, la filiale de paiement d’Alibaba, a notamment dévoilé une plateforme ouverte de technologie d’identification biométrique surnommée « ZOLOZ », avec laquelle il est possible d’appliquer différentes technologies, dont la reconnaissance faciale développée par Ant et l’interaction homme-machine, pour divers scénarios entrepreneuriaux et civils.