La Chine et l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (ASEAN) ont annoncé lundi qu'elles allaient entamer des discussions sur la rédaction d'un Code de conduite (COC) en mer de Chine méridionale.

Victor Corpuz, un ancien chef des renseignements militaires philippin, a indiqué dans une récente interview à Xinhua que la Chine et l'ASEAN étaient capables de préserver la paix et la stabilité dans cette région maritime.

Il estime ainsi qu'un futur COC sera un développement bienvenu et qu'il ouvre la voie au dialogue. "C'est un bon signal : le COC comprendra des règles qui pourront aider à préserver la paix dans la région", selon lui.

"Je pense qu'il faut que les deux parties déploient des efforts pour parvenir à une paix véritable dans la région et je pense que c'est la raison principale pour laquelle nous avons maintenant une situation plus paisible en mer de Chine méridionale", observe M. Corpuz.

L'expert souligne par ailleurs que les pays situés en dehors de la région ne devraient pas interférer dans les pourparlers.

La Chine et l'ASEAN "doivent résoudre ça par elles-mêmes, sans ingérence étrangère", insiste Victor Corpuz, ajoutant qu'une interférence extérieure ne pourrait que retarder, voire dérailler, ce processus. Dans ce cas, "cela compliquera certainement la question", redoute-t-il.

M. Corpuz déplore par ailleurs le chemin emprunté par le précédent président philippin Benigno Aquino, qui a conduit à endommager les liens entre Beijing et Manille et entraîner une confrontation.

"L'administration précédente a adopté une stratégie gagnant-perdant qui a vraiment poussé la Chine et les Philippines à se disputer", regrette-t-il.

A l'inverse, il juge que la décision de l'actuel président philippin Rodrigo Duterte d'adopter une stratégie non conflictuelle dans la gestion des relations avec la Chine est une décision "gagnant-gagnant".

Concernant les différends territoriaux, la meilleure voie à suivre est la négociation d'Etat à Etat afin de ne pas compliquer cette question, car que les intérêts d'une nation peuvent être différents des intérêts des autres, selon lui.

M. Corpuz estime que la situation en mer de Chine méridionale est devenue plus stable après la visite en Chine de M. Duterte en octobre dernier.

"L'un des facteurs est le changement de politique du gouvernement philippin. Nous avons désormais une politique étrangère indépendante", se félicite-t-il.

Lors de la réunion des ministres de la Défense de l'ASEAN et de leurs partenaires de dialogue en octobre dernier, la partie chinoise a proposé de mener des exercices maritimes conjoints en mer de Chine méridionale.

Victor Corpuz juge que c'est une bonne l'idée, déclarant qu'elle améliorera les relations militaires entre les pays de l'ASEAN et la Chine. Ce sera une percée si elle se matérialise, dit-il.

Enfin, il estime que Singapour, qui va exercer l'an prochain la présidence tournante de l'ASEAN, pourrait bien jouer un rôle de pont.

"Je pense que l'avenir sera positif. Si nous négocions tous une stratégie gagnant-gagnant, je pense que nous pourrons trouver une solution très acceptable à ce problème en mer de Chine méridionale", selon lui.