Le suspect est accusé de fraude contractuelle; la campagne mondiale atteint une étape importante

Une campagne mondiale visant à capturer les fugitifs les plus recherchés de Chine a vu le retour de son 50e suspect accusé de corruption, a annoncé mardi le principal organe de surveillance anti-corruption du pays.

Une étape a été franchie avec l’arrestation de Zhou Jiyang, 47 ans, qui était en fuite depuis neuf ans à Hong Kong, selon la Commission centrale de contrôle de la discipline (CCCD). Il faisait partie des 100 fugitifs chinois pour lesquels Interpol a émis des notices rouges – des mandats d'arrêt internationaux - en avril 2015.

Zhou est accusé d'avoir commis une fraude contractuelle alors qu'il travaillait pour le département de recherche sur l'histoire du Parti du comité provincial du Zhejiang du Parti communiste chinois. La CCCD avait indiqué qu'il s'était enfui à Hong Kong après avoir été mis en examen en 2008.

Il a été arrêté par la police du Zhejiang vendredi et ses biens mal acquis seront confisqués conformément à la loi. L'enquête sur cette affaire est toujours en cours, a déclaré la CCCD dans un communiqué mardi.

Depuis avril 2015, la moitié des 100 fugitifs ont été ramenés en Chine en provenance de plus de 16 pays et régions afin d’être jugés, ce qui reflète pleinement « la détermination ferme de la Chine et sa confiance résolue dans la poursuite des fugitifs », a affirmé la CCCD.

Ces dernières années, de nombreux responsables et directeurs d'entreprises publiques chinois corrompus ont fui vers les régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao ou vers des pays étrangers afin de profiter de la différence de législation ou des procédures de rapatriement compliquées.

En outre, ils ont envoyé des millions de yuans d'actifs illégaux à des comptes étrangers via du blanchiment d'argent ou des banques clandestines.

Pour remédier à cela, le Groupe central de coordination anti-corruption, dirigé par la CCCD, a lancé en 2014 le programme Skynet afin de capturer les fugitifs économiques à l'étranger et de confisquer leurs avoirs illicites.

A la fin du mois d'août, plus de 2600 fugitifs soupçonnés de crimes économiques étaient revenus en Chine en provenance de plus de 90 pays et régions, notamment des Etats-Unis, du Canada et de Nouvelle-Zélande, pour faire face à la justice. Des actifs illicites totalisant 9,36 milliards de yuans (1,42 milliard de dollars) avaient été récupérés.

« Nous continuerons nos actions et ne laisserons aucun “refuge” aux fugitifs », a déclaré la CCCD dans un communiqué. « Peu importe où ils se cachent, nous ferons tout notre possible pour les ramener face à la justice ».