Selon des experts chinois qui se sont exprimés mercredi à la suite de rapports annonçant que le premier porte-avions de fabrication purement chinoise va bientôt terminer un test d'amarrage, les futurs porte-avions chinois à pont plat équipés d'un système de lancement électromagnétique accueilleront des avions de combat de cinquième génération comme les J-20 et J-31.

D'après Military Time, une émission militaire de la télévision centrale chinoise diffusée samedi, le premier porte-avions de construction nationale va bientôt passer aux essais en mer.

Du fait que ce navire de guerre, plus connu sous le nom de Type 001A, utilise, comme le premier porte-avions du pays, le Liaoning, une plate-forme incurvée vers le haut ressemblant à une piste de saut à ski, les chasseurs chinois J-15 seront la première option pour ce bâtiment, a précisé l'émission.

Les chasseurs J-15, surnommés les « Requins Volants », ont décollé et atterri sur le Liaoning pour la première fois en 2012, et plus de 20 de ces avions s'y sont entraînés.

Les J-20 et J-31 seront sûrement installés sur les futurs porte-avions chinois équipés d'un système de catapulte, afin de protéger ces bâtiments, a déclaré à Military Time Yin Zhuo, chercheur principal au Centre de recherche sur les équipements navals de l'APL.

Il estime également que les chasseurs J-15 embarqués sur le Type 001A seraient autour de 40, à peu près le même nombre que sur le Liaoning.

De son côté, Song Zhongping, commentateur de télévision et expert militaire, a déclaré qu'« il est plus probable que des chasseurs J-15 et des versions améliorées seront à bord, avec des chasseurs furtifs comme le J-20 et J-31, car ils vont jouer des rôles différents ».

Il a cependant souligné que du fait que les J-20 et J-31 ont d'abord été conçus pour l'armée de l'air, les adapter pour en faire des chasseurs embarqués entraînera des coûts supplémentaires, précisant par ailleurs que « Le J-20 sera plus cher à modifier que le J-31 ».

Le test en mer du Type-001A pourrait être effectué dès le début de l'année prochaine, a pour sa part annoncé Zhang Ye, chercheur à l'Institut de recherche navale de l'Armée populaire de libération.