Le président américain Donald Trump a annoncé mardi que sa prochaine rencontre avec Kim Jong Un, le dirigeant de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), aurait lieu après les élections législatives américaines de mi-mandat prévues le 6 novembre.

Il a précisé qu'il serait trop occupé d'ici là à battre campagne. "Je ne peux vraiment pas partir maintenant", a indiqué M. Trump à des journalistes à bord du vol l'emmenant vers l'Iowa, un Etat du centre des Etats-Unis.

Un peu plus tôt dans la journée, le président américain avait indiqué que "trois ou quatre" lieux étaient envisagés pour cette rencontre avec M. Kim, laquelle sera la seconde après celle du 12 juin à Singapour.

"Le choix se fera entre trois ou quatre lieux, à une date pas trop éloignée", avait précisé M. Trump, ajoutant que son secrétaire d'Etat, Mike Pompeo, avait eu de bonnes discussions avec Kim Jong Un dimanche dernier à Pyongyang.

Le chef de la diplomatie américaine a indiqué mardi que des progrès avaient été faits sur le dossier de la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

"Bien qu'il reste encore du chemin à parcourir et beaucoup de travail à accomplir, nous entrevoyons maintenant la voie vers l'objectif ultime," a-t-il dit dans un bref commentaire depuis la Maison Blanche.

Le sommet de Singapour s'était conclu par une déclaration conjointe de MM. Trump et Kim selon laquelle Washington s'engage à fournir des garanties de sécurité à Pyongyang qui, en retour, s'engage à dénucléariser la péninsule coréenne.